Des scientifiques israéliens ont récemment publié une étude dans le Journal of Alzheimer's disease qui suggère que cibler la fonction de l'Apolipoprotein-E (protéine APOE) pourrait bien être un moyen de renverser la maladie.

Le gène APOE a longtemps été utilisé comme marqueur de la maladie d'Alzheimer. Il existe en 3 versions différentes: APOE2, APOE3 et APOE4.

De cette liste, APOE4 est celui sur lequel se penchent les scientifiques, car il se retrouve chez 60 pour cent des personnes ayant une forme non héréditaire de la maladie d'Alzheimer.

Ce gène produit une version de la protéine APOE qui est moins efficace dans sa fonction de transport des lipides. Les scientifiques ont tenté de surmonter ce «handicap» en activant le complexe enzymatique qui charge normalement les lipides sur la protéine APOE.

Non seulement ont-ils démontré qu'ils pouvaient charger plus de lipides sur les protéines APOE4, mais ils ont également démontré que cette stratégie pourrait inverser les effets de la maladie d'Alzheimer chez la souris.

Ces résultats illustrent comment certains traitements pourraient aider des sous-populations de patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Cela dit, cette stratégie pourrait aboutir à un résultat intéressant.

Pour en savoir plus sur cette nouvelle, cliquer ici.