Un nouveau test génétique pourrait bientôt permettre de prédire à quel âge une personne développera la maladie d’Alzheimer.

Ce test, mis au point par une équipe internationale de scientifiques, analyse l’ADN d’un individu pour ensuite estimer si, et à quel âge, il développera la maladie.

L’outil cible 31 marqueurs génétiques pour y arriver.

Chaque marqueur a un poids différent dans la balance.

En additionnant la valeur de chacun, on  obtient un score total qui indique quelle est la probabilité de développer la maladie.

Et cette approche semble fonctionner.

Dans leur étude, publiée dernièrement dans PLOS Medicine, les chercheurs ont démontré que les individus ayant un score élevé avaient développé la maladie 10 à 15 ans plus tôt que ceux qui avaient un score faible.

Les chercheurs ont réussi ces prédictions après avoir analysé le génome de plus de 70 000 personnes atteintes ou non d’Alzheimer.

Ils y ont cherché des différences d’un seul nucléotide A, T, G ou C entre les patients atteints d’Alzheimer et ceux qui ne l’étaient pas.

Les différences les plus fréquentes sont celles qui ont été le plus associées à la maladie.

Une fois validé, ce test s’avèrera précieux pour plusieurs raisons.

Il permettra d’une part un diagnostic et un pronostic précoces, mais aussi des études cliniques mieux ciblées, avec des participants qui n’ont pas encore développé les symptômes de l’Alzheimer, par exemple.