La maladie l'Alzheimer évolue très lentement.

Ses premiers signes biologiques apparaissent environ 15 ans avant les symptômes eux-mêmes.

…Et selon plusieurs études, cette évolution pourrait être prévenue ou retardée par une saine alimentation.

L'Alzheimer rejoindrait donc le diabète, les maladies cardiovasculaires et certains types de cancers, sur la liste des maladies influencées par ce que l'on mange.

C'est grâce à une série d'études épidémiologiques que des chercheurs en sont arrivés à cette conclusion.

Même si toutes les études n'arrivent pas aux mêmes conclusions, ils ont dégagé des corrélations entre les habitudes alimentaires des gens et l'apparition ou non d'un déclin cognitif chez eux.

Le régime « MIND» a été concocté en se basant sur ces résultats. Il s'inspire à la fois du régime méditerranéen et du régime « DASH », deux régimes reconnus pour réduire l'hypertension.

Le régime « MIND » invite les gens à prioriser une série d'aliments. Il y a les légumes d'abord, surtout ceux à feuilles vertes, mais aussi des noix, des baies, des légumineuses, des grains entiers, du poisson, de la volaille, de l'huile d'olive... et même du vin.

Grosso modo, plus il y a de couleurs dans l'assiette, et mieux c'est.

Le régime MIND suggère aussi d'éviter les viandes rouges et les gras saturés provenant du beurre, de la margarine et du fromage surtout.

Selon une étude réalisée par les créateurs de ce régime, le MIND permet de réduire par plus de 50 % le risque de développer la maladie d'Alzheimer chez ceux qui le suivent à la lettre. Et les bienfaits sont là aussi pour ceux qui l'adoptent partiellement. Selon la même étude, leur risque est réduit de 35 %.

La présence d'aliments riches en vitamines du complexe B ainsi qu'en gras oméga-3 pourrait expliquer ces bons résultats, mais le tout reste à démontrer.

Voilà donc une autre bonne raison de changer ses habitudes alimentaires.

Et selon les experts, il n'est jamais trop tard le faire.

Laisser un commentaire