Courir, marcher et faire du sport permet de réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Voilà ce que confirme une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique et publiée dernièrement dans BMC Public Health.

Les chercheurs ont regroupé les données publiées dans plus de 150 études pour confirmer qu’il y avait bien une corrélation évidente entre l’activité physique et la santé du cerveau.

Des bienfaits chez les patients Alzheimer aussi

Si certaines études mesuraient avant tout la probabilité d’être atteint de la maladie d’Alzheimer, d’autres se penchaient plutôt sur l’effet direct de l’activité physique chez des gens déjà atteints par la maladie.

Selon l’équipe de chercheurs canadiens, l’activité physique aurait aussi du bon pour eux. Ils ont résumé leurs conclusions en deux phrases.

«L'activité physique, pratiquée de façon régulière, est associée à un risque réduit de développer la maladie d'Alzheimer. Chez les personnes âgées déjà atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d’une autre démence, l'activité physique, pratiquée régulièrement, peut améliorer la qualité de vie au quotidien et la mobilité des personnes ainsi que la cognition et l'équilibre général.

Le groupe de chercheurs encourage d’ailleurs les organismes de santé publique à utiliser cette déclaration fondée sur des preuves scientifiques dans leurs programmes et dépliants afin de promouvoir l'activité physique comme un outil pour prévenir la maladie et contribuer à l'amélioration de la vie des patients souffrant d'Alzheimer.